Emmarchement : l’empressement de la Mairie de Paris pour abattre des arbres

Musée d'Orsay

Dans le cadre de son projet de reconquête des berges de Seine, la Mairie de Paris prévoit l’installation d’une structure amovible assurant la liaison entre quai haut et quai bas au droit du Musée d’Orsay, et « constituant aussi un lieu de contemplation du paysage environnant exceptionnel, la Seine étant bordée de nombreux édifices d’architecture remarquable ».

Sans doute pour mieux voir l’architecture remarquable, le projet prévoit l’abattage de cinq peupliers situés sur la berge.

La mairie de Paris a déposé une déclaration préalable DP 075 107 12 V 0254 ayant pour objet l’installation de la structure amovible et l’abattage des arbres.

Cependant, l’installation concernée se situe dans le périmètre du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) du VIIe arrondissement, et constitue une modification des caractéristiques de la voie existante. L’abattage des arbres et l’installation de l’emmarchement nécessitent donc, au regard de l’article R.421-21 du Code de l’urbanisme, un permis d’aménager.

La mairie de Paris a déposé une demande PA 075 107 12 V 0001, mais à ce jour, la délivrance ou le refus n’a pas été publié au Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Paris.

Ainsi, la mairie de Paris s’est empressée d’abattre les arbres avant d’obtenir toutes les autorisations, créant une situation irréversible alors même que toutes les voies de recours ne sont pas épuisées.



Règlement intérieur des Berges de Seine rive gauche

La transformation de la voie express rive gauche en une aire piétonne animée a partir du printemps 2013 devrait induire une très grande affluence. Cette fréquentation importante rend nécessaire un rappel des règles applicables sur l’espace public, permettant à chacun de profiter au mieux de ce site. » Lire l’article


Jugement du Trinunal administratif de Paris rejetant les requêtes de plusieurs associations

Tribunal administratif de Paris

Dans un jugement du 21 février 2013, le Tribunal administratif de Paris a rejetté les requêtes de l'association pour la défense du site de Notre-Dame et ses environs, de la fédération Patrimoine et environnement, de l'association Plateforme d'associations parisiennes d'habitants, du Comité d'aménagement du 7e arrondissement de Paris, de l'association pour la promotion du quartier Saint André des Arts-Monnaie, de la Fédération française du bâtiment Grand Paris, du Mouvement des entreprises de France (MEDEF Île-de-France), de l'Union départementale des petites et moyennes entreprises de Paris (CGPME 75), de l'association de défense des automobilistes parisiens (ADEFAUTO) et de l'association Voies lib contre des décisions du conseil de Paris relatives au projet d'aménagement des berges de Seine. » Lire l’article